Medioevo Romanzo
Rivista semestrale

Home

Chi siamo

Direzione

Indici

Seminario

Norme

Diffusione

XXXIV 2010 - 1

SIMON GAUNT, L’inquiétante étrangeté de la littérature de voyage en français au Moyen Âge [57-81]

Cet article propose une lecture du Devisment du Monde de Marco Polo et du Livre des Merveilles de Jean de Mandeville à la lumière de la notion freudienne de l’inquiétante étrangeté. Une étude des rencontres avec l’étrangeté démontre les différences et les similarités entre les deux textes, qui troubleraient toute distinction facile entre «le moi» et «l’autre». Grâce à sa tolérance religieuse, Kubilai Khan ne représenterait pas l’altérité exorbitante, et c’est Marco Polo lui-même qui incarne l’inquiétante étrangeté dans Le Devisement. Par contre, les rencontres inquiétantes et lointaines de Mandeville (ou de son avatar) avec des «étrangers» qui parlent parfaitement des langues européennes (le français et l’anglais) ont l’effet de transformer la langue maternelle en langue étrangère. La langue deviendrait alors agent de l’inquiétante étrangeté pour ces deux écrivains qui ont choisi, paraît-il, de s’exprimer dans une langue étrangère. Cet article examine aussi des illustrations.


This article uses the Freudian notion of the uncanny to offer a reading of Marco Polo’s Le Devisement du Monde and Jean de Mandeville’s Le Livre des Merveilles. Paying particular attention to encounters with strangeness, it seeks to explore the differences and similarities between the two texts in order to show how distinctions between self and other are disturbed. The religious tolerance of Kubilai Khan undermines any sense that he represents exorbitant foreignness and in Le Devisement Marco Polo himself incarnates the uncanny. In Le Livre des Merveilles, on the other hand, Mandeville’s (or his avatar’s) troubling encounters far from home with “foreigners” who speak perfectly European languages (French and English) effectively transform the mother tongue into a foreign language, which thereby becomes an agent of the uncanny for these two writers who apparently chose to express themselves in a foreign tongue. The article also examines images from manuscripts.

Letto 461 volte

Sede

Indirizzo postale:
Prof. Lino Leonardi
Medioevo Romanzo
c/o Fondazione Franceschini
Via Montebello, 7 - 50123 Firenze
 
direzione@medioevoromanzo.it